L'Égarée - Donato Carrisi

Un labyrinthe secret plongé dans l’obscurité.
Un bourreau qui y enferme ses proies.
Une victime qui parvient à s’en échapper, mais sans le moindre souvenir.
Un effroyable combat pour retrouver la mémoire, et une enquête à hauts risques pour traquer celui qui continue à agir dans l’ombre...

Avis :

Un des thrillers que j'attendais le plus et dont je ne savais pas que c'était la suite de Le Chuchoteur et de l'Écorchée. Bien évidemment, je ne le savais pas, et ça ne m'a pas trop dérangée car il peut se lire indépendamment. 

L'Égarée parle de Samantha, une jeune femme kidnappée à treize ans et a été retrouvée dans les bois, nue avec une jambe cassée quinze ans après. La jeune femme ne se rappelle de rien mais un spécialiste va faire en sorte que la jeune femme retrouve la mémoire pour résoudre cette enquête. En parallèle on découvre le détective Bruno Genko qui avait été engagé par la famille de Samantha pour enquêter sur sa disparition. 

Quant l'intrigue, j'ai eu du mal à entrer dans le roman, car je ne l'ai pas trouvé hyper rythmé. Les premiers chapitres sont vraiment intenses, avant que le rythme devient lent et ennuyant sur tout le reste du chapitre et de redevenir rythmé sur les trente dernières pages. C'est vraiment dommage car il y avait vraiment du potentiel. Autre point négatif : la longueur du roman. Trois cent pages pour tout développer est vraiment juste, le roman aurait mérité deux cent pages de plus avec un point de vue du kidnappeur. Un écriture froide et distante qui m'a empêchée de m’attacher aux personnages et qui est l’un des nombreux problèmes du récit à la troisième personne.

Cependant, je dois avouer que Donato Carrisi est un très bon auteur quant il s'agit de faire tourner en bourrique ses lecteurs grâce à un cliffhanger de malade, notamment à la fin ! Je n'en dirais pas plus, à vous de le découvrir ! 

Passons aux personnages. Samantha est une jeune femme qui ne sait plus qui elle est quand elle est retrouvée après quinze ans de kidnapping. Elle dit avoir été retenue dans un labyrinthe où son kidnappeur la torture mentalement grâce à des jeux. À son arrivée à l'hôpital, le docteur Green, un profiler, va l'aider à ce qu'elle retrouve la mémoire pour que la police puisse coincer son kidnappeur. 

Le docteur Green est un profiler hors du commun. En effet, il ne chasse pas les monstres sur le terrain comme on pourrait le croire, mais il les chasse grâce aux victimes et essaie de deviner le profil en fonction des dires de ses patients, ce qui est original. Samantha étant un cas 'particulier', il va falloir creuser dans la mémoire de la jeune femme afin de découvrir les indices menant à la capture de l’Homme du labyrinthe alias Bunny. 

On a le droit à un second point de vue : celui du détective Genko, point de vue qui m'a plus intéressée. Genko est un enquêteur privé au talent insoupçonné, mais il ne lui reste plus beaucoup à vivre. Peut-être assez pour résoudre l'enquête concernant l'enlèvement et la libération de Sam. Ou pas car chaque jour qui passe, Bruno sent la mort se rapprocher, espérant que la faucheuse soit en retard et qu'elle le laisse clore l'enquête, contre l'avis des policiers en charge. 

Comme je le disais plus haut, il m'a manqué un troisième point de vue, celui du kidnappeur. Cela rend l'histoire de l'enlèvement inintéressante tout comme la raison pour laquelle Samantha a été enlevée. Si seulement des chapitres avaient été consacrés à la psychologie du kidnappeur, j'aurais peut-être davantage aimé le thriller... et puis faut dire que depuis le temps que je lis des thrillers, il n'est pas impossible que je sois devenue difficile !

Cette nouveauté de Donato Carrisi me laisse mitigée alors qu'il aurait pu être très très bon si le roman avait eu deux cent pages supplémentaires pour creuser certaines intrigues et développer un troisième point de vue. Dommage car il y avait clairement du potentiel !

- Chroniques associées -

Claire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire