Les Rivières Pourpres - Jean-Christophe Grangé


Pierre Niémans, un commissaire aux méthodes musclées, est envoyé à Guernon, ville universitaire de l'Isère, pour élucider un meurtre atroce : un homme a été découvert nu, mutilé, coincé dans une paroi rocheuse en position foetale. Qui est l'auteur de cette mise en scène macabre ? Parallèlement, dans sa commune du Lot, le jeune lieutenant Karim Abdouf a de quoi s'occuper : l'école primaire a été visitée et le tombeau d'un enfant profané. Au départ bien distinctes et à des lieux l'une de l'autre, les deux enquêtes vont se recouper étrangement pour n'en faire qu'une, à la trame aussi hallucinante que terrifiante.

Avis :

Mon premier Grangé et franchement je me demande pourquoi je n'ai pas commencé avant. Divisé en deux points de vue, ce roman m'a accrochée dès le départ. Comme j'ai travaillé du matin, j'avais moins de temps et surtout j'étais claquée de mes journées. 

L'alternance des chapitres (un coup Niémans, un coup Karim) avec deux enquêtes différentes m'a énormément frustrée parce qu'ils me laissaient sur ma faim à chaque fois, mais quand les deux enquêtes se sont doucement rejointes, cette alternance s'est envolée et j'ai adoré voir les policiers tout donner pour résoudre cette enquête qui monte crescendo. 

L'auteur nous donne énormément de détails et on peut imaginer les lieux, les personnages, tout est très bien travaillé, approfondi, ce qui rend le livre très très crédible. J'avais vu le film quelques années plus tôt, mais il ne m'a pas laissé un souvenir mémorable. L'intrigue est mystérieuse, entraînante, et les éléments des enquêtes (puis de l'enquête) sont donnés petit à petit, sans révéler toute l'intrigue d'un coup d'un seul. 

Si je devais juste mettre un petit bémol, ce serait par rapport à la sœur de Judith. J'avais imaginé la femme de Rémy comme la tueuse, et non pas Fanny...

Claire