Harleen - Stjepan Šejić

Après des études mouvementées qui ont entamé sa confiance en elle, la jeune psychologue Harleen Quinzel pense enfin avoir décroché le poste de ses rêves en étant embauchée à l'Asile d'Arkham afin d'apporter son soutien et son expertise aux plus grands criminels de Gotham. 

Mais il est un être au sein de cet asile qui va à la fois faire chavirer son esprit et son coeur : le Joker ! 

Petit à petit, Harleen va se laisser séduire puis sombrer dans un abîme de folie y laissant à tout jamais son innocence et ses illusions perdues.

"La vérité est ennuyeuse. Sèche... Factuelle... Sans âme. La vérité est un artiste à la petite semaine qui échoue perpétuellement à saisir l'essence de son modèle. Je préfère les illusions, les mensonges. Un peu de fard, beaucoup de théâtre."

Avis :

J'ai vu passer ce comics de nombreuses fois sur Instagram, et j'ai carrément flashé sur les dessins tant de la couverture que de l'intérieur. Et bien évidemment, j'ai craqué ! 

Harleen est l'origin story d'Harley Quinn. Alors qu'elle essaie de se faire un nom en tant que psychiatre et espère trouver un remède à la folie qui hante Gotham City. elle est embauchée à l'asile d'Arkham et tombe sur le Joker, un criminel fou qui va doucement la faire dériver et en faire sa marionnette... 

"À Gotham, la folie est un mal indéniablement contagieux."

Harleen est très sombre et très violent. L'histoire est très bien racontée, les illustrations dans les tons rouge et noirs sont vraiment canon. La psychologie des personnage est hyper bien décrite et approfondie, on plonge avec délice dans la tête d'Harleen, on ressent toutes les émotions qui la traversent et c'est dérangeant mais addictif de la voir sombrer dans la folie.


Ce comic vaut vraiment l'investissement (il est vendu 19,00€ chez Cultura) au vu de la qualité des dessins et de la profondeur de la psychologie des personnages. C'était dérangeant de réaliser que je me faisais avoir de la même manière qu'Harley s'est faite avoir. J'ai été aspirée par cette histoire de A à Z, et je suis contente d'avoir pris mon temps pour la lire.

Les personnages sont super. J'étais contente de voir qu'Harleen a été très humanisée. Autant elle est brillante, pleine d'espoir, autant elle est faillible, désespérée, manipulable. En gros, elle est foutrement humaine. Tellement tellement humaine. Le personnage du Joker est également très intéressant. On plonge dans sa folie avec plaisir, mais c'est nuancé parce que Šejić a décidé de se concentrer sur le côté attrayant et charmant du personnage, sans pour autant mettre son côté manipulateur fou de côté. 

Le fait que Šejić se soit concentré sur le lien complexe et étrange qu'ont Harleen et Joker est intéressant également. Le côté abusif de leur relation est lissé et fait la part belle à la symbiose de ces deux personnages. Vraiment, les deux personnages se complètent assez bien et deviennent un duo fort et terriblement attachants. 

"Il y a deux expressions que j’aime voir les gens arborer plus que tout. Une terreur abjecte, et un sourire franc."

On retrouve également, en plus de Harley et Joker, différents personnages de DC, comme Batman, Poison Ivy, Harvey Dent, Killer Croc ou encore Hugo Strange. Le personnage qui m'a le plus interpellée hormis Harleen et Joker est Harvey Dent, dont la psychologie est tellement bien creusée et dont la folie est très présente. Vraiment, j'ai adoré ce personnage, qui représente la folie à sa juste valeur. J'adorerais avoir un comic sur Harvey de la part de Šejic, ce serait inévitablement un coup de ♥ je pense. 

Nuancé, sombre, violent et magnifiquement illustré, je recommande fortement cette pépite à tous les fans de Harley et du Joker, l'achat vaut vraiment le coup ! 

0 Commentaires