L'apprenti - Tess Gerritsen

by - 09:36

L'odeur du sang. La couleur du sang.

Tout ce qui touche à l'hémoglobine obsède Warren Hoyt, le tient éveillé. Il n'est guère que l'inspecteur Jane Rizzoli pour occuper une place comparable dans son esprit malade. Rizzoli... La rage faite femme, celle à qui il doit d'être tombé, enfermé pour le restant de ses jours. Celle qui a signé, pour le salut des femmes de Boston, la fin du Chirurgien...

La fin ? Rien n'est moins sûr. Car, dehors, les meurtres ont repris : ses méthodes ont fait un émule – et l'élève dépasse le maître en audace. Les images défilent sur l'écran de télévision : en guise d'hommage, un couple sacrifié... et Jane Rizzoli menant l'enquête.

Le Chirurgien en frémit d'envie. Il est temps de reprendre le jeu : un frère l'attend au dehors. On opère tellement mieux à quatre mains...

"Nos lobes frontaux nous aident à lier pensées et actes. A peser les conséquences de ces actes. Sans leur contrôle, nous céderions à toute pulsion violente."

Avis :

Suite du Chirurgien, ce roman aura eu un peu l'effet d'un soufflé qui retombe sur moi, ce qui est dommage.

Une série de meurtres horribles dans les environs de Boston rappellent l'inspecteur Jane Rizzoli ceux commis par le fameux "Chirurgien", qui a blessé Rizzoli autant physiquement que physchiquement et qui a récemment été mis derrière les barreaux. Mais alors qu'ils tentent de stopper le nouveau tueur, l'impensable place Jane dans une situation terrible entre colère, peur et souvenirs indésirables...

Je ne vais pas mentir : ce livre était assez agréable à lire, mais décevant. D'abord parce que je suis  complètement passée à côté de l'effet de surprise que j'ai eu dans le premier livre. L'intrigue n'est vraiment pas si excitante, malgré quelques scènes tendues et intrigantes qui auraient dû mener à une fin excitante et passionnante... Or, ce n'était pas le cas et c'est dommage.

Pour moi, et je suis désolée de dire ça comme ça, ce livre n'est pas nécessaire. Vous pouvez clairement ne pas le lire si vous voulez terminer sur une bonne note et ne pas voir le soufflé retomber. Quant au suspense, au mystère et au rythme du roman, c'était pas mal, mais vu que je connaissais le terrain, c'était en deçà du premier tome. On a moins de psychologie, moins de surprise... Et en plus de ça, la fin était un peu trop facile à mon goût, j'en attendais clairement mieux...

Concernant les personnages, j'ai bien aimé retrouver Rizzoli, qui souffre très clairement d'un stress post-traumatique majeur dû à l'affaire du chirurgien. Plongée corps et âme dans cette enquête, j'ai eu un peu de mal à la cerner car elle reste antipathique, peu charismatique et froide. J'ai bien aimé son coéquipier du FBI, Gabriel Dean, mais j'ai pas eu assez de profondeur de personnage ni d'apparitions de sa part pour l'apprécier pleinement.

Idem avec Maura Isles, qui est présentée comme personnage secondaire du roman, très distante mais travaillant dur pour s'affirmer dans le monde très masculin de la médecine légale. J'ai eu énormément de mal avec Korsak, un autre collègue de Jane sur l'enquête. Très sexiste et à la limite du connard de bas étage, j'ai eu cependant un peu de peine pour lui à la fin... Mais sans plus là aussi.

Pas super percutant et un peu plat, je ressors de ma lecture déçue, mais pas vaincue pour autant, clairement un tome qui n'est pas nécessaire si on souhaite rester sur notre faim quant au personnage de Hoyt. À voir comment sera le tome suivant, La Reine des Morts, centré sur Maura. 

Articles proposés

0 commentaires