Les Enquêtes du Département V : Dossier 64

Alors que le Département V est sous tension avant le départ annoncé d'Assad, partenaire de l'inspecteur Carl Mørck, ces derniers se lancent dans une nouvelle enquête qui pourrait bien être leur dernière. 

Suite à la découverte de trois squelettes cachés derrière la tapisserie d'un vieil appartement, les deux enquêteurs et leur assistante Rose doivent exhumer une macabre affaire datant des années 1950 : sur la petite île de Sprogø, des femmes étaient internées et stérilisées de force sous la direction du docteur Curt Wad...

Avis :

Alors que je cherchais quelque chose à regarder un jour férié, je me suis décidée à regarder ce film-ci, avant de me rappeler que j'avais lu le livre il y a de ça facilement deux ans et je lui avais mis une note de treize sur vingt. Deux années plus tard, je suis obligée de faire quasiment le même constat.

L'histoire a pourtant tout pour plaire : trois squelettes 'momifiés' sont retrouvés derrière un faux-mur d'un appartement de Copenhague et va mener les enquêteurs du Département V à ressortir une affaire qui date de plusieurs décennies et qui parle d'une des périodes sombres du Danemark.

L'intrigue - elle aussi - aurait tout pour plaire. Mais comme avec le roman (dont je ne sais pas où est passée la chronique, d'ailleurs), j'ai trouvé le film assez plat, sans grande intensité, si ce n'est dans les dernières trente minutes - moment fatidique et révélations au programme. C'est mou, c'est long, mais ça se laisse regarder, et ce même si je me rappelais de l'histoire et donc la fin. Fin qui m'a surprise car je ne m'attendais pas et dont je ne me rappelais pas.

Concernant les personnages, soit le jeu des acteurs est horrible, soit c'est la VF. Dans les deux cas, c'est horrible. Le personnage de Carl est tout juste passable, on a l'impression qu'Assad ne sert à rien, et Rose est clichée comme jamais (cf la scène de la découverte) et son jeu est à vomir. Reste le personnage de Nete, que j'ai bien aimé autant dans les flashbacks que dans le présent et dont je n'ai rien à dire à propos de son jeu d'actrice, et c'est bien la seule.

En somme, je comprends pourquoi ce film est directement sorti en e-cinéma/plateformes VOD et non au cinéma car à mon avis, il aurait pas déchaîné les passions et aurait fait un bide monstrueux. Dommage car je pense que le roman aurait pu avoir une adaptation meilleure pour remonter le niveau déjà assez bas. 

Claire

Phasellus facilisis convallis metus, ut imperdiet augue auctor nec. Duis at velit id augue lobortis porta. Sed varius, enim accumsan aliquam tincidunt, tortor urna vulputate quam, eget finibus urna est in augue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire