Fantazmë - Niko Tackian

Janvier 2017, Paris, XVIIIe arrondissement. Le corps d’un homme atrocement mutilé est retrouvé dans une cave. Le commandant Tomar Khan pense d’abord à un règlement de comptes. Le genre d’affaire qui reste en suspens pendant des années, se dit-il.

Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt une rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un Fantazmë, un « spectre » en albanais, qui s’en prend à la pègre.

Avec cette enquête troublante, Tomar Khan plonge dans des zones d’ombre où s’affronteront inévitablement son devoir de policier et ses sentiments d’être humain.



L'humanité commence par l'amour et finit par la haine.

Avis :

J'ai enfin pris le temps de terminer Fantazmë, la suite de Toxique, de Niko Tackian. Et comme pour le premier tome des aventures de Tomar Khan, ce tome deux était une très belle découverte que je ne regrette absolument pas.

L'histoire reprend après le tome 1 des aventures de Tomar. Toujours hanté par son passé, va devoir résoudre une enquête complexe alors qu'un "Fantazmë" (ou spectre en albanais) semble se charger de la mafia albanaise, qui fait dans le trafic d'être humains et notamment de migrants. Mais les erreurs passées de Tomar vont le rattraper alors qu'une enquête est ouverte sur lui et l'affaire Müller (cf Toxique)...

L'intrigue du roman est bien construite grâce à un rythme rapide, une tension palpable, et une enquête menée d'une main de fer. On retrouve quelques thèmes découverts dans le premier opus comme la vengeance, le passé, le poids de l'héritage familial ou encore la condition humaine - et notamment celle des migrants.

L'auteur retranscrit à merveille (ou plutôt douloureusement) la réalité de ce monde dans lequel nous vivons. Je me dois d'avertir que certaines scènes sont assez violentes et très bien décrites, alors si vous êtes une âme sensible, évitez. Meilleur que Toxique, ça se voit que Niko Tackian a pris en maturité et est plus sûr de ce qu'il écrit.

Concernant les personnages, j'ai adoré retrouver Tomar, bien évidemment. Toujours en train de se battre contre ses démons, on en apprend plus sur lui dans ce second tome et ce n'est pas pour me déplaire. Cependant, comme Tomar est une force de la nature, il avance quand même, décidé à épingler ce "Fantazmë" qui fait justice lui-même. Je suis contente d'en avoir appris plus sur ce personnage que j'aime beaucoup, très torturé mais absolument pas caricaturé.

S'il avance, c'est notamment grâce à Rhonda, sa compagne et Ara, sa mère, deux points d'ancrage qui lui permettent de tenir... pour le moment. Ce sont deux femmes fortes et présentes qui sont toutes deux généreuses et protectrices. Elles apportent un peu de lumière dans les ténèbres de Tomar et font ressortir tout son charisme et son aspect touchant.

Quant au Fantazmë, les actions qui le poussent à agir sont plus que nobles quand on découvre son passé. Certes, je ne dis pas que c'est bien de faire ce que le spectre a fait, mais on comprend les tenants et les aboutissants de ses actes. Là dessus, Niko s'est amélioré depuis Toxique et c'est génial. On découvre un nouveau personnage : Belko, un flic de l'IGPN (Inspection Générale de la Police Nationale), qui enquête sur la fameuse affaire Müller du tome précédent, dont l'arme du crime a disparu. On ne le voit pas beaucoup, mais j'ai apprécié découvrir ce personnage et j'ai même été touchée par son sort à la fin du roman car je ne m'y attendais absolument pas.

En tout cas, Fantazmë aura su me toucher et me convaincre un peu plus de lire un nouveau roman de Niko Tackian. C'est actuel, cruel, mais terriblement humain à la fois, une facette que j'adore dans les romans comme celui-là. J'ai hâte de retrouver Tomar et son équipe pour une nouvelle enquête. 

Claire

Phasellus facilisis convallis metus, ut imperdiet augue auctor nec. Duis at velit id augue lobortis porta. Sed varius, enim accumsan aliquam tincidunt, tortor urna vulputate quam, eget finibus urna est in augue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire