Délires Mortels - Kathy Reichs

Hazel « Lucky » Strike, une détective amateur, soumet à Temperance Brennan, anthropologue médico-légal, l’enregistrement cauchemardesque d'une jeune inconnue, retenue prisonnière et terrorisée. Strike est convaincue qu'il s'agit de Cora Teague, une jeune fille volatilisée quelques années plus tôt.

Troublée et inconsciente de la spirale mortelle qu’elle met en branle, Temperance se rend sur place pour se faire une idée. Elle ne tarde pas à découvrir d’autres indices laissant craindre le pire. D’autres ossements et les rumeurs d’un enfer…

Avis :

Après l'énorme déception durant ma lecture de Macabre Retour, le tome précédant Délires Mortels, je me suis lancée sans souci dans ce dernier. Et cette fois-ci, j'ai vraiment apprécié ma lecture, comme quoi les tomes se suivent et ne se ressemblent pas (et heureusement, d'ailleurs). 

Dans ce dix-huitième tome des aventures de Brennan, la jeune anthropologue est abordée par une détective du net afin de résoudre une enquête non résolue, celle d'une jeune femme disparue sans laisser de traces ou presque. Brennan va essayer de résoudre cette enquête non sans quelques embûches, quelques doutes, et se rendre compte que c'est bien pire que ce qu'elle avait espéré. 

J'ai lu ce tome un peu en décousu car j'ai énormément moins de temps pour lire depuis que je travaille. Je l'ai lu sur trois semaines, dont une semaine sans lire une seule page, et j'avoue me surprendre car je me rappelais quand même de l'intrigue etc. En parlant de cette dernière, elle est assez bonne, on n'a pas le temps de s'ennuyer devant les différentes recherches de Brennan, le roman est bien rythmé en général. J'ai adoré la tournure de l'enquête à la fin car tout ce qui touche à la psychologique - ici les troubles dissociatifs de la personnalité -  m'intéressent énormément dans les thrillers, si bien que j'essaie de lire un peu plus de thrillers parlant de troubles psychologiques. L'auteur a su donner un réel rythme à son histoire grâce à des chapitres courts et grâce à des personnages intéressants et très développés. 

Malgré que je n'ai pas lu les seize autres tomes, je n'ai pas eu de mal avec les personnages, ce qui est tant mieux car c'est pas toujours évident quand on prend une série en cours de route. Le personnage de Brennan est très différent de celui qu'on peut voir dans Bones (il m'arrive de tomber sur la série TV de temps à autre), elle a une sacrée répartie mais en même temps elle est humaine, avec des forces et des faiblesses, des peurs et des inquiétudes, une facette que j'ai bien aimé découvrir. 
Le petit moins concerne son souci d'engagement et sa relation avec Ryan... Ç'aurait été dans la réalité, Ryan l'aurait larguée depuis belle lurette car Brennan ne sait vraiment pas ce qu'elle veut, elle cherche à se dérober par tous les moyens mais bon.  

Concernant les autres personnages, j'ai eu du mal avec Slidell, qui était vraiment pas loin d'être un rustre, mais qui se révèle être assez bon dans son domaine. Idem pour Strike, agaçante au possible et qui se révèle être un bon atout. La famille Teague est vraiment pas nette, comme la famille Gulley et le Père Hoke. C'est vraiment dingue qu'un prêtre dévie autant de la religion et s'adonne à de telles horreurs - dont certaines sont validées par le Vatican (!!). Faut vraiment avoir des cases manquantes pour faire de telles choses à des personnes... Malheureusement, le mal et la déviance sont partout, et pas uniquement dans la religion. J'ai adoré la mère de Brennan, qui se trouve être une assez bonne enquêtrice au final, même si elle est en maison de retraite. La p'tite dame, autant vous dire qu'elle a de l'énergie à revendre et du plomb dans la tête ! 

Ce tome, malgré la déception du dix-septième, est un soulagement pour moi et je pense que je me ferais les autres d'ici peu, en attendant que le suivant sorte ! Je suis contente de dire qu'il ne faut pas se fier à la première impression car rien n'est jamais fixé, et qu'il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis ! Vivement la suite des aventures de Brennan !

Claire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire