Et si le zéro déchet passait par le numérique aussi ?


Après avoir parlé du zéro déchet dans la salle cuisine puis dans la salle de bains l'année dernière, place au zéro déchet mais cette fois numérique...

Késako ?

Le zéro déchet numérique est la réduction de la pollution dite numérique. Selon une enquête de l'ADEME datant du mois dernier, 53% des émissions de gaz à effet de serre sont causées par les data center, 47% par les infrastructures réseaux. Ils avancent également que les gens passent 5 à 10 heures par semaine à regarder soit des vidéos ou des films, et que 8 à 10 milliards de mails sont échangés, et que 180 millions de recherches Google sont faites, les deux par heure. 

Tout cela engendre forcément une pollution, une hausse des émissions de gaz à effet de serre et donc une hausse du trou dans la couche d'ozone. La cause c'est la dématérialisation. Et oui. On a beau nous bassiner en disant que c'est mieux que tout soit dématérialisé... Ce n'est pas la meilleure option (attention, je ne dis pas qu'il faut utiliser une ramette de papier à imprimante par semaine, au contraire), car cette même étude avance que "plus on «dématérialise», plus on utilise de matières, ce qui alourdit leur impact sur l'environnement en produisant des composants de plus en plus complexes"

Comment faire du numérique quelque chose d'un peu plus zéro déchet ?

Cela fait des années que j'essaie de faire attention à ma consommation numérique grâce à de petites choses mises en place au fur et à mesure. 

Les mails

Comme l'enquête de l'ADEME le rapporte, pas moins de 8 à 10 milliards de mails sont échangés par heure dans le monde. En gérant correctement ses mails, cela permet d’économiser de la consommation. A savoir que 30 mails conservés dans votre boîte représentent une ampoule allumée pendant 24 heures

La  première chose pour réduire cette consommation est de tout premièrement vous désabonner des newsletter que vous ne lisez jamais ou qui ne sont plus pertinentes. Avant, je pouvais recevoir entre 20 à 50 newsletters (on dépasse les 100 mails si on compte les spams) par jour. J'ai pris le temps de "nettoyer" ma boîte mail et de me désinscrire de 70% des newsletters que je recevais. 

Si vous êtes abonné à de nombreuses newsletters, ça va prendre un temps faramineux. Au lieu de tout faire d'un coup et de, par conséquent, quand même polluer la planète, faites un tri une à deux fois par semaine, jusqu'à ce que vous n'ayez plus que les newsletters que vous lisez qui arrivent dans votre boîte mail. 

La seconde chose est de faire le tri dans les mails que vous avez lu. Forcément, si on les garde que c'est important. Chaque fin de semaine, je fais le tri dans les mails que j'ai lu et je me demande toujours : est-ce que je dois vraiment le garder ? La réponse est oui si c'est pour un rendez-vous important la semaine suivante. Mais si le rendez-vous est passé, à quoi ça sert de le garder ? 

La troisième est d'éviter les multiples adresse mail. Personnellement, j'en ai trois : une pour mon activité de création de site web, une pour mon blog, et la troisième pour le perso. J'ai zéro newsletter et très rarement des mails dans les deux premières. Mais la troisième est là où j'ai mes newsletters regroupées, mes mails perso ou "pro" (CAF, Pôle Emploi etc), et je dois recevoir dessus cinq mails par jour, et encore.

Éviter les moteurs de recherche

Depuis un peu plus d'un an, je n'utilise plus Google comme moteur de recherche mais Ecosia. Ce moteur de recherche est né en 2009. Généré par de l'énergie propre (panneaux photovoltaïques), Ecosia génère de l'argent grâce aux publicités liées aux recherches et permet de planter des arbres là où le besoin se fait ressentir. 

Avoir un moteur de recherche comme Ecosia est bien mais il est possible de mieux faire, notamment en réduisant son utilisation. C'est très simple : au lieu de rechercher 100 fois le même site (ex : Facebook, Twitter etc...), on peut tout simplement mettre en favoris les sites qu'on utilise le plus (ce qui divise par 4 les émissions de gaz à effet de serre), ou taper directement l'URL du site dans la barre de recherche. 

Egalement, il existe des moteurs de recherche qui ne gardent pas les données et recherches de ses utilisateurs. En 2018, j'avais découvert le créateur du moteur de recherche Qwant, qui ne garde aucune donnée mémoire et n'exploite aucune donnée personnelle, tout en respectant les lois européennes (RGPD). 

Penser reconditionné 

C'est un changement qui commence à se démocratiser. Les stratégies marketing des grandes marques font que dès qu'un nouveau produit sort (Iphone, Samsung Galaxy), on a envie de l'acheter... L'étude de l'ADEME sur la face cachée du numérique indique que 88% des français changent de smartphone alors que l'ancien fonctionne encore... 

Si vous voulez changer car votre ancien équipement ne fonctionne plus, pensez à la vente d'occasion : certaines personnes sont intéressées par la reprise d'équipement ne fonctionnant plus afin de récupérer les pièces et refaire un ordinateur ou smartphone avec plusieurs équipements. 

Si votre équipement marche encore mais que vous souhaitez en changer, vendez l'ancien et tournez vous vers des sites de matériel reconditionné comme Back Market. En effet, le reconditionnement augmente la durée de vie des équipements, limite la consommation d’énergie et de matières premières, ainsi que la production de déchets. 

Les ordinateurs polluent, mais les smartphones aussi !

Avec 51% de la population mondiale qui est active dessus, les réseaux sociaux ont pris une place immense dans nos vies, avec environ une utilisation quotidienne de 2h24. Hootsuite a fait une étude en 2020 classant les réseaux sociaux par nombre d'utilisateurs. 216 millions pour TikTok, 71 millions pour Snapchat, 56,6 millions pour Instagram, et ce uniquement sur la tranche 13-17 ans. 

Afin de réduire le temps passé sur les réseaux sociaux, quelques astuces sont possibles. Premièrement, définir une limite de temps sur les réseaux sociaux que vous utilisez le plus. Il y a quelques mois, je pouvais passer facilement 3 à 4 heures/jour sur Instagram entre regarder les stories, scroller mon feed d'actualité, regarder des IGTV etc. 

Idem pour Youtube, je pouvais facile y passer 2h/jour. J'ai mis en place un minuteur (dans les paramètres Android > Bien-être numérique > Minuteur des applications) pour ces deux réseaux afin de ne pas dépasser les 1h30/jour chaque. Et autant vous dire qu'une heure trente ça peut vite passer, surtout quand on a rien à faire. 

Également, couper les notifications peut faire qu'on est moins tenté d'y aller dès qu'une notification apparaît, mais aussi penser à supprimer les applications qu'on utilise pas ou peu, et mettre en place un mode "Ne pas déranger" à partir d'une certaine heure le soir. Ce mode permet à l'utilisateur de passer en mode silencieux, en permettant cependant que certaines applications envoient des notifications. Je l'ai mis en place depuis 6 mois, entre 23h et 7h, en laissant les notifications d'appel et de sms actives. 

Passer les sites et applications en mode sombre permet d'à la fois générer moins d’énergie mais aussi d’épargner ses yeux. Personnellement, quasi toutes les sites que j'utilise et qui le proposant sont en mode sombre. Sur Android, il y a directement un mode sombre dans les paramètres. 

Le streaming

Regarder une vidéo/film/série sur Netflix, Youtube ou Prime Video fait aussi partie de la pollution numérique. Le streaming vidéo représente près de 60% des flux de données mondiaux et 1% des émissions mondiales de CO² selon une étude de The Shift Project

Pour éviter cela, quelques conseils sont applicables, notamment quant à la résolution. Plus la résolution d'une vidéo est haute, plus ça va consommer de la bande-passante et de l'énergie. Il vaut alors mieux réduire la résolution de 1080p ou 720p à 360p, ce qui permet de consommer quatre à dix fois moins d’énergie qu’un visionnage du même fichier en haute définition.

Une autre solution est de préférer le téléchargement (légal) au streaming. Sur Netflix il est possible de télécharger les films et séries pour ensuite les regarder en hors connexion. Idem en téléchargeant des films sur les plateformes légales. Eviter de regarder en 4G est une idée également car regarder en streaming en 4G consomme 23 fois plus qu'en Wi-Fi. 

Quelques autres petits conseils 

- Utiliser un bloqueur de publicité (Adblock) pour ne pas être infesté de publicités, pour que vos recherches et habitudes restent les vôtres, mais aussi pour accélérer le chargement des pages. 

- Désactiver le lancement automatique des vidéos en allant dans les paramètres du navigateur pour désactiver Flash ou tout du moins que Flash vous demande si vous souhaitez exécuter Flash. Egalement, vous pouvez utiliser l'extension Disable HTML5 Autoplay. 

- Effacer l'historique de navigation et vider le cache une fois par semaine. 

- Supprimer les comptes des sites qu'on n'utilise peu ou plus afin que les sites ne gardent pas en mémoire vos informations pour rien. 

- Activer le mode économie d'énergie de son ordinateur/smartphone et réduire la luminosité. 

- Débrancher les prises des équipements lorsqu'ils sont chargés et éteindre les équipements lorsqu'on a fini de les utiliser. 

- Eviter à tout prix le cloud (Google Drive, One Drive & compagnie) et préférer le disque dur ou la clé USB car la sauvegarde de ces fichiers sur ces disques durs virtuels génère beaucoup d’énergie annuellement (sauvegarder une donnée sur internet demande 2 fois plus d’énergie que de la stocker sur un disque dur ou une clé USB). 

Voilà pour ce nouvel épisode zéro déchet, j'espère qu'il vous aura plu et  que vous aurez appris quelques petites choses intéressantes. 

Claire

Aucun commentaire:

Publier un commentaire