À la dérive - Jane Devreaux

En quelques mois, Léa a tout perdu : sa vie paisible et insouciante d’étudiante, sa famille, son foyer… Pour survivre, elle a dû tout recommencer. Pourtant, il est hors de question qu’elle laisse tomber Adam, il a toujours besoin d’elle. Elle est prête à tout pour le sortir de sa léthargie, elle va même jusqu’à mentir sur son identité pour devenir bénévole de l’hôpital psychiatrique où il est enfermé.

Quand enfin elle entrevoit un espoir de revoir Adam, ce n’est pas face à lui qu’elle se retrouve, mais à Axel. Il est sérieusement amoché, autant physiquement que psychologiquement et pourtant, il l’attire. 

Son allure, sa fragilité, l’acuité de ses remarques et l’évident désir qu’elle lit dans ses yeux lui procurent une émotion dont elle ne peut plus se passer. Léa aura-t-elle les épaules suffisamment larges pour porter les problèmes de sa famille et ceux d’Axel ? Et si les destins de ces êtres à la dérive étaient liés ?

"Il m'a dévoilé les fêlures de son âme, et, maintenant, il me défie d'ignorer cette porte entrouverte."

Merci à Hugo&Cie et Hugo
New Romance pour l'envoi !
Avis :

Je mourrais d'impatience de lire ce roman dès que sa sortie a été communiquée ! J'ai pris mon temps pour le lire, car je savais qu'il serait un peu plus sombre que les autres écrits de l'auteure.

Léa est une jeune femme qui est bénévole dans un hôpital psychiatrique. Son frère, Adam, y est interné depuis trois ans et elle n'a qu'une idée en tête : se rapprocher de lui et le sortir de là. C'était sans compter sur Axel, un jeune homme torturé et lui aussi interné dans cet hôpital. Tous les deux créent un lien fort, sans savoir le passé l'un de l'autre, passé qui pourrait leur nuire et nuire à leurs familles respectives.

C'est une romance que j'attendais particulièrement car elle me semblait plus tirer vers l'aspect psychologique que l'aspect romance. Étonnamment, les deux sont savamment dosés pour en faire une belle romance psychologique. Mais j'en attendais un peu plus du côté psychologique, étant habituée à lire des thrillers psychologiques. Au côté psychologique et romance, on a le droit à une bonne dose de suspense, ce qui ne m'a pas du tout dérangée, bien au contraire.

Je ne voyais pas cette romance sans un double point de vue. J'en attendais beaucoup du point de vue d'Axel, et même si j'ai été un peu déçue, c'est horrible de voir combien il se fait du mal et combien c'est dur pour lui de revivre après ce drame qu'il a subi. Le point de vue de Léa est très intéressant aussi. Elle est touchée par un drame également, mais ne réagit pas comme Axel. On sent que l'auteure a pris des risques et a voulu sortir des sa zone de confort, et je l'en félicite.

J'ai adoré les différents personnages de ce roman, que ce soit Léa, Axel et Adam. Les trois sont des âmes tourmentées, avec chacun leurs démons à affronter. Léa veut à tout prix sauver Adam depuis la mort de leurs parents. Elle se sent coupable de l'état dans lequel il erre depuis trois ans et espère le sortir de là le plus rapidement car elle en est persuadée : il sera mieux à ses côtés qu'enfermé entre quatre murs.  Axel s'est emmuré dans un silence de plomb depuis son arrivée à l'hôpital. Mais quand Léa débarque dans sa chambre pour jouer au Puissance 4, il n'est pas indifférent à la jeune femme. Il veut s'en sortir. Cependant, il n'en reste pas moins très tourmenté et les vérités qu'il cache risque de tout changer entre Léa et lui. Les deux vont panser leurs blessures mais tout ne sera pas rose, surtout quand les secrets commencent à se dévoiler... Ils vont devoir puiser force et courage en l'autre pour se sortir la tête de l'eau, et arrêter d'être à la dérive.

Quant aux personnages secondaires, j'ai adoré Hugo, le frère d'Axel. C'est un jeune homme qui a lui aussi souffert, mais pas de la même manière que son frère. Il m'a énormément touchée de par ses révélations et ses sentiments refoulés. Pour Adam, Sophie et Joris, j'ai bien aimé leurs personnages, mais sans plus. J'attendais vraiment un côté psychologique fort pour Adam, et j'ai été un peu déçue parce que ça manquait de profondeur. Sophie et Joris apportent un peu de profondeur mais ne sont pas forcément nécessaires. J'ai été surprise par Richard et Helena, le beau-père et la mère d'Axel et Hugo. Comme quoi les apparences peuvent être trompeuses. C'est bien beau les apparences, mais souvent, la vérité éclate et peut faire très mal.

Dans l'ensemble, À la dérive est une bonne lecture et une bonne romance psychologique. Mais il me manquait quelques petites choses pour que ce soit un coup de coeur ! 

Claire

Phasellus facilisis convallis metus, ut imperdiet augue auctor nec. Duis at velit id augue lobortis porta. Sed varius, enim accumsan aliquam tincidunt, tortor urna vulputate quam, eget finibus urna est in augue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire