Jessica Jones (saison 3)

Quand Jessica croise la route d’un psychopathe extrêmement intelligent, elle et Trish doivent réparer leur relation brisée et s’associer pour le détruire. Mais une perte dévastatrice révèle des idées conflictuelles sur l’héroïsme et les place sur une trajectoire de collision qui les changera à jamais.

Avis :

C'est avec une énorme impatience que j'attendais le retour de Jessica Jones, seule super-héros de la sphère Marvel/Netflix restante. Et je suis pleinement satisfaite de la tournure qu'a pris la série, qui retourne à ses fondamentaux.

Comme dit au dessus, la troisième et dernière saison met l'accent sur ce que Jessica fait de mieux: enquêter. Confrontée à un tueur en série accompli, elle n'en reste cependant pas tiraillée entre l'arrêter de façon légale en tant que détective privé ou l'arrêter en n'utilisant que ses pouvoirs.

La plupart des séries TV de l'univers Netflix/Marvel ont souffert des 13 épisodes par saison - beaucoup trop, ce qui a provoqué une sorte d'ennui et de lenteur durant les épisodes. Netflix semble avoir écouté le public, car cette saison - qui contient 13 épisodes - en avait besoin.

Les scénaristes ont fait la saison en deux points de vue afin que nous puissions comprendre toute l'histoire, et je dois avouer que cette saison est la mieux construite de la série afin clôturer la collaboration entre Netflix et Marvel de façon satisfaisante après la nullissime saison 2 de Marvel's The Punisher et la seule saison de Marvel's The Defenders qui s'était avérée pas si mal que ça. Cette saison - moins héroïque que les deux autres - se rapproche davantage d'un thriller psychologique efficace qui fait la part belle à l'actrice principale, Krysten Ritter.

Passons aux personnages... Jessica Jones reste telle quelle durant les trois saisons : cynique et sarcastique, elle est tiraillée mais reste cependant les pieds sur terre. Pleine de défauts, elle n'en reste pas moins humaine derrière cette carapace blindée de sarcasme et cette force surhumaine, refusant encore et toujours de rentrer dans le moule de super-héroïne dans laquelle on veut la mettre. Netflix ne pouvait pas faire mieux pour le rôle de Jessica : Krysten Ritter est née pour incarner Jessica Jones.

Trish est quant à elle bien différente de la saison deux suite à l'expérience qu'elle a vécu. Dotée de super-pouvoirs, la jeune femme a adopté sa propre forme de justice, cachée derrière un foulard et un bonnet. Connue sous le nom de Hellcat dans les comics, nous avons son point de vue sur deux épisodes de la saison trois, le deuxième et le onzième, le onzième étant plus introspectif à cause de flashbacks sur son enfance. Son personnage est l'exemple parfait de la pente glissante qu'un super-héros peut expérimenter lorsqu'il n'est pas capable de tout gérer.

Concernant les personnages secondaires, j'ai bien aimé les deux nouveaux, Gregory Salinger et Erik Gelden. Alors que le premier joue le méchant et que le second joue le nouvel allié de Jessica, j'ai trouvé qu'ils apportaient vraiment quelque chose dans cette saison trois. Eric, escroc et maître chanteur, a le pouvoir de savoir quand les gens sont de mauvaises personnes grâce à des migraines plus ou moins fortes quand il est près d'eux, et se révèle être un atout pour Jessica et va les mener tout droit à Salinger, un psychopathe qui veut faire sa propre justice en punissant tous ceux qu'il pense être des imposteurs - y compris Eric et Jessica.

Ce nouveau méchant était assez barré, mais je pense que malgré tout, Kilgrave restera LE méchant de la série et que il aurait été plus sensé d'inverser les méchants dans les saisons, en gardant Kilgrave pour la fin (et faire apparaître en premier Salinger dans la saison 1, la mère de Jessica dans la seconde saison, et Kilgrave dans la dernière, mais ça ne reste que mon avis).

Nous retrouvons d'anciens personnages, comme Jeri, Malcolm et Dorothy. Alors que Malcolm quittait Jessica parce qu'il en avait marre lors de la saison 2, il a obtenu un poste d'enquêteur dans le nouveau cabinet d'avocats de Jeri, qui continue à utiliser ses anciennes méthodes de prise de décisions terribles en utilisant Malcolm. Ce dernier, désireux de voir autre chose et de se couper de son passé, a décidé de se respecter et je pense que ça l'a amené à voir que rien n'est noir ou blanc et qu'il peut y avoir du gris au milieu et que peut-être c'est pas si mal.

Quant à Dorothy, la mère de Trish, je vais être franche, je ne l'ai jamais aimée. C'est une femme qui a été égoïste tout au long de la série, qui a voulu que Trish réussisse mais qui l'a fait de la mauvaise façon - avec des abus physiques et émotionnels et en utilisant Trish comme "un produit". Cependant, dans les épisodes du point de vue de Trish, on découvre par sous-entendus que derrière cette carapace froide et égoïste, elle se souciait de sa fille - notamment en lui disant qu'elle est fière d'elle - non pas que ça excuse son comportement envers Trish.

En tout cas, cette saison trois clôture bien la série : toutes les intrigues sont résolues, les personnages ont une fin décente, et pourtant je me demande encore ce que fera Jessica après cette dernière scène. C'est une fin plutôt ouverte qui laisse le spectateur imaginer une fin qui lui plaît, et si je devais faire une conclusion complète du spectacle : si vous aimez les thrillers, cette série est sûrement faite pour vous !

Claire

Phasellus facilisis convallis metus, ut imperdiet augue auctor nec. Duis at velit id augue lobortis porta. Sed varius, enim accumsan aliquam tincidunt, tortor urna vulputate quam, eget finibus urna est in augue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire